Serengeti et Ngorongoro

« Audrey, tu dors déjà ? »

« Mmmmmmmhhh »

« Ben ouais, mais on avait dit qu’on triait les photos du Serengeti ce soir ! »

(voix empâtée) « Combien il y en a ? »

« Ch’ais pas trop, juste sur la journée d’hier, je compte 556 lions, 3512 léopards et 35671 guépards (à un guépard près). »

(voix du désespoir incarnée) « Aaaaarghhhhhh ! »

DSC_6304

Love, exciting and new...
Love, exciting and new...
Et l'heureuse consequence de l'acte precedent...
Et l'heureuse consequence de l'acte precedent...
Coucher de soleil sur le Serengeti
Coucher de soleil sur le Serengeti

On vous le promet, c’est la toute dernière fois qu’on vous embête avec des photos d’animaux sur fond de savane africaine. Tout simplement parce que c’est évidemment le dernier safari de ce tour du monde (et même le dernier tout court avant bon moment sans doute). Mais on ne pouvait pas ne pas vous parler des 5 jours merveilleux qu’on a passés dans les parcs nationaux du nord de la Tanzanie et en particulier dans le plus célèbre d’entre eux : le Serengeti. Après avoir vaincu le Kili, on a pris le bus pour la ville voisine d’Arusha.

Une hyene un peu obese (ou enceinte)
Une hyene un peu obese (ou enceinte)

DSC_6728

DSC_6742

Si Moshi est la ville du Kilimanjaro, Arusha est sans aucune contestation celle du safari. On nous a dit qu’il y aurait là-bas pas moins de 200 agences se partageant ce juteux business. Et ça, c’est seulement en comptant les vraies compagnies, pas celles qui montent un faux bureau de toutes pièces et qui disparaissent du jour au lendemain avec votre argent, sans laisser de traces (histoire véridique). L’avantage, c’est qu’on peut faire marcher la concurrence à fond, l’inconvénient c’est qu’il faut de la patience pour naviguer dans la jungle des différents agents. Grâce au bouche à oreille, on a fini par tomber sur une très bonne compagnie. Et comme on a en plus pas mal de chance en ce moment, on même a réussi à trouver d’autres personnes, intéressées par le même trip que nous, avec qui partager les frais : deux néerlandais, Jon-Willem et Lette, qui nous ont donc accompagnés ces derniers jours.

DSC_6496

DSC_5998
Une gazelle de Grant, la plus elegante de toutes selon Patoche, nous on prefere encore l'oryx mais on vous laisse seuls juges.
Ou peut-etre bien que c'etait la gazelle de Thomson... De toutes facons, tout ca, ca ressemble vachement a des springboks !
Ou peut-etre bien que c'etait la gazelle de Thomson... De toutes facons, tout ca, ca ressemble vachement a des springboks !
DSC_5882
Un tout petit dik-dik
DSC_5801
Heure d'affluence autour de la riviere Tarangire
DSC_5872
Un waterbuck

Trois parcs étaient au programme de nos 5 jours d’excursion : Tarangire, Serengeti et Ngorongoro. On ne sait pas si ces noms vous évoquent quelque chose mais pour nous qui avons été élevés au reportage animalier, c’était assez extraordinaire de se retrouver « en vrai » dans ce qu’on avait si souvent vu au travers de la petite lucarne. Heureusement qu’on a terminé notre voyage par la visite du Serengeti, car si on avait décidé de commencer par là, on n’aurait plus jamais voulu entendre parler de safari après. Ce parc a tout pour lui : en plus d’un paysage superbe, on a vu plus de félins ici en une matinée que dans tous les autres parcs du sud de l’Afrique combinés. Sérieusement, on aurait presque pu finir par être blasés des lions : « Tiens, trois lionnes sous un arbre ! » « Elles font quelque chose de particulier ? » « Non, elles dorment (activité occupant 90% de la vie d’un lion) » « Elles sont à moins de 2 mètres de la voiture ? » « Ah non, 3m » « Bon ben de quoi tu me parles alors ? La prochaine fois, tu me réveilles seulement s’il y a quelque chose de VRAIMENT intéressant ».

DSC_6284
Barre toi de mon plat !

DSC_6285

Ouh les jolies griffes !
Ouh les jolies griffes !

DSC_6343

Apres les lions, ce sont les vautours qui sont a la fete
Apres les lions, ce sont les vautours qui sont a la fete

DSC_6414

DSC_6418

Ouh les pitits lions !
Ouh les pitits lions !

DSC_6450

Et si ce n’était que les lions ! Mais le parc regorge en plus de léopards et de guépards. Dire qu’on a chassé en vain les guépards dans tous les parcs possibles et imaginables de l’Afrique du Sud et de la Namibie pour n’en voir finalement que trois, et d’assez loin qui plus est, dans le Kalahari. Cette fois, non seulement on les a vus de très près, mais on a même pu les observer courir à toute vitesse après de bondissantes gazelles. Sans succès malheureusement (pour eux).

DSC_6070

DSC_6067
Pret a bondir
DSC_6044
Mais comment il est trop beau lui !

DSC_6678

Quant aux léopards, on a passé une soirée entière à suivre l’un d’entre eux chasser. C’était assez extraordinaire car depuis notre véhicule haut sur pattes, on pouvait à la fois observer le chasseur et sa proie. La proie, en l’occurrence un petit bushbuck isolé, sentait bien qu’il se passait quelque chose de pas très catholique dans le coin, mais sans parvenir à voir ce qui clochait. Elle restait donc sur ses gardes, le nez au vent, tentant de repérer le gros chat auquel elle aurait  éventuellement pu servir de snack. Pendant ce temps, le léopard faisait un grand détour histoire de se mettre sous le vent, avançant avec prudence dans les hautes herbes, centimètre après centimètre, jusqu’à être à portée de saut. On était tendus à bloc, attendant avec un mélange de peur et d’excitation l’attaque fatale… qui n’eut finalement jamais lieu. Écoutant son instinct, la petite antilope décida finalement d’aller brouter un peu plus loin. Deux minutes après, on voyait surgir la tête dépité du léopard : il était alors à moins de 5m de sa proie ! Voir des trucs pareils par soi-même, c’est vraiment quelque chose…

En pleine chasse...
En pleine chasse...

DSC_5914

DSC_5893

DSC_6119

Raaah, y a un truc coince entre les griffes !!!!
Raaah, y a un truc coince entre les griffes !!!!

DSC_6160

DSC_6183

Bon on passera sur les hyènes, les éléphants, les girafes, les zèbres et les gnous : on en a vus plus que notre cerveau ne peut s’en souvenir. En comparaison, le célèbre Ngorongoro faisait presque pâle figure. Il s’agit d’un volcan aujourd’hui éteint dont l’immense cratère renferme désormais un éco-système à part. Peut-être était-ce à cause du temps, un peu gris ce jour-là, mais on n’a pas vu autant d’animaux dans ce coin là qu’on l’avait imaginé auparavant. Mais de toute façon, c’était quasi mission impossible de passer après le Serengeti. Même si la vie sauvage y était abondante, les animaux nous y semblaient plus timides et moins facilement approchables. On y a certes vu des rhinos noirs (qui manquent au Serengeti) mais ils étaient un peu trop loin pour qu’on profite vraiment du spectacle. En même temps, on n’est pas vraiment déçus car on en avait pris suffisamment plein les yeux avec le parc précédent.

DSC_5949
L'immense cratere du Ngorongoro

Lilac Breasted Roller
Lilac Breasted Roller
Un saddle bill Stork
Un saddle bill Stork
Un serval : c'est la premiere fois qu'on en voyait un !
Un serval : c'est la premiere fois qu'on en voyait un !

DSC_6802

Ouh li pitit babouin !
Ouh li pitit babouin !
Des gnous dans le cratere
Des gnous dans le cratere

DSC_6929

DSC_6930

DSC_6938

DSC_6957

On est aujourd’hui revenus plus au sud, sur l’île de Zanzibar, qui sera notre toute dernière destination « tourdumondesque ». Au programme, visite de la vieille ville, plongée et plages tropicales pour se consoler du fait qu’on reprenne l’avion bientôt, direction la France. On fera sûrement un article à propos de cette fin de voyage mais… depuis la France. Ca fait tout de même un peu bizarre de s’imaginer chez soi, après tout ce temps passé sur les routes. En attendant, profitons !

 

Publicités

2 réflexions sur “Serengeti et Ngorongoro

  1. Maminie dit :

    C’est tout de même plus dépaysant, que lors de la visite de la réserve africaine du Parc de Thoiry !!
    Avez-vous pu suivre en 4/4 le guépard qui file à 110 km/h ?
    La dégustation des carcasses par les fauves et les vautours est assez impréssionnante et ces images peuvent largement rivaliser avec les photos des professionnels.

  2. L'Ami Viêtnamien dit :

    Bon, au moins, si je ne peux pas faire le tour du monde (ce qui me parait fort probable), j’essaierai de me contenter comme vision de la faune africaine avec la Tanzanie. Cela me parait un bon compromis.

    des bisous, et en attendant de vous voir à Valencia!

    El amigo Valenciano

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s