Rapa Nui

Rapa Nui… Ce nom n’évoque peut-être pas grand chose pour beaucoup de gens mais c’est celui d’une petite île du Pacifique Sud qui, elle, alimente de nombreux mythes et légendes : l’île de Pâques.

Ca c'est vraiment des vacances !
Ca c'est vraiment des vacances !

Ignorée de toutes les grandes puissances coloniales, l’île de Pâques (qui doit son nom « occidental » au jour de sa découverte) fut finalement annexée par le Chili qui en exploita violemment la population et les maigres richesses avant de la laisser aujourd’hui retrouver sa paix initiale. Nous sommes donc arrivés ici après 5 heures de vol depuis Santiago. Sachant qu’il nous en faudra plus de 6 pour rejoindre la Polynésie française, l’archipel habité le plus proche, ça donne une plutôt bonne idée de l’isolement de l’île.

dsc_0621
En bordure de Pacifique... Plutôt sympa comme site de camping non ?

Rapa Nui est une petite île : un peu moins de 20 bornes du nord au sud pour seulement 4000 habitants, quasiment tous regroupés dans l’unique village d’Hanga Roa. Elle ne correspond en rien aux idées qu’on pourrait se faire sur une île de cette partie du monde : d’origine volcanique (ça ce n’est guère original) elle ne possède pas de lagons paradisiaques, ni plages ni cocotiers (si on ne tient pas compte de l’idyllique et notable exception d’Anakena, tout au nord), elle est entourée de falaises et de rochers… Bref pas forcément le paradis sur terre. En fait toute sa végétation a été rasée au cours des siècles, d’abord par les premiers habitants de l’île puis par les dizaines de milliers de moutons qu’on y avait introduits. Aujourd’hui, l’île présente un relief étonnant qui n’est pas sans rappeler certains paysages de l’Auvergne : une multitude de volcans aux contours très doux, couverts d’herbes très vertes.

dsc_0644
Le port d'Hanga Roa : pas vraiment très aménagé...
Le cratère quasi parfait du Rano Kau, tout au sud de l'île
Le cratère quasi parfait du Rano Kau, tout au sud de l'île
Les cocotiers sur la plage d'Anakena
Les cocotiers sur la plage d'Anakena
Paysage de la côte nord
Paysage de la côte nord

dsc_0960

La plage d'Anakena, vue depuis l'intérieur des terres
La plage d'Anakena, vue depuis l'intérieur des terres

Peut-être à cause de (et malgré) toutes ces raisons (l’isolement, le paysage rugueux) l’île de Pâques possède de nombreux arguments pour séduire le visiteur. En tout cas, nous, on est tombés sous son charme dès le premier instant, en descendant de l’avion, alors qu’on ne cessait de se répéter incrédules « c’est dingue, on est sur l’île de Pâques ! ». On a planté notre tente sur un terrain au bord de l’océan sous un ciel bleu magnifique et on a commencé à explorer l’île par tous les moyens mis à notre disposition : en voiture, en scooter, en plongée (avec un ancien de l’équipe de Cousteau, la classe) et même à cheval. A propos des canassons, précisons d’ailleurs qu’aucun de nous deux n’avait de quelconque expérience en la matière mais que nous avons chevauché sans sourciller pendant 8 heures à travers les collines. Et le pire de l’histoire c’est qu’on a adoré ça. Imaginez un peu ce que c’est que de galoper au milieu des herbes hautes avec le bleu profond de l’océan en toile de fond. Inoubliable ! D’autant plus qu’on en a payé le prix le lendemain en ramassant partout les petits morceaux de notre colonne vertébrale…

Stupéfiant ! Vincent proche d'un cheval sous une forme autre que celle d'un steak !
Stupéfiant ! Vincent proche d'un cheval sous une forme autre que celle d'un steak !
Un ranch complètement isolé à l'ouest, entre mer et "montagne"
Un ranch complètement isolé à l'ouest, entre mer et "montagne"
Ca va le dos sinon ?
Ca va le dos sinon ?
Wouhah, quelle impression de vitesse folle !
Wouhah, quelle impression de vitesse folle !

Bon évidement, on ne pas parler de Rapa Nui sans évoquer les Moais, ces fameuses immenses statues. Elles ont fait couler beaucoup d’encre tellement il semblait impossible aux premiers archéologues qu’un peuple aussi peu « évolué » ait pu se trimballer des cailloux de plus de 80 tonnes à travers les collines de l’île sur plusieurs kilomètres, sans connaître la roue, le marteau-piqueur, la pelleteuse mécanique ou encore le chariot élévateur ! Quoi qu’il en soit, ces visages de pierre qui peuplent toute l’île, empreints d’une sérénité imperturbable, sont THE attraction de l’île. On les trouve alignés dans des sites plus beaux les uns que les autres (les pascuans avaient un sens inné de la mise en scène et auraient pu donner quelques leçons à Kevin Kostner qui avait produit le très médiocre et très inutile film « Rapa Nui ») tous semblables et pourtant tous différents, avec leurs tatouages et leurs coiffes rouges.

dsc_0893
Les 15 Moais de Tongariki, un site entièrement remis sur pied par les japonais qui, si on se fie à la date de restauration, a échappé à l'époque au père de Vincent (dommage ! )

dsc_0885

dsc_0942

dsc_0691
Ahu Tahai, le seul moai avec des yeux de corail (résultats de la restauration)

dsc_0738

dsc_0742

Mais le site qui retient le plus l’attention, le plus magique, celui qui fait le plus travailler notre imaginaire, c’est celui de Rano Raraku, dit « la carrière ». En fait c’est des flancs de ce seul volcan qu’ont été extraits tous les Moais de l’île. Comme le culte de ces statues a cessé très brutalement (suite aux guerres internes), les ouvriers semblent avoir abandonné les lieux en laissant tout en l’état. Et on peut découvrir aujourd’hui des dizaines de Moais à tous les stades de construction, depuis le bloc à peine extrait de sa falaise jusqu’à la statue finie et polie, prête pour le transport. Sous le coup des ans, les glissements de terrain ont recouvert et déplacé plusieurs statues, les laissant dans les positions les plus diverses, dépassant anarchiquement du sol tels les rochers dans un tableau de Dali.

La "carrière" de moai
La "carrière" de moai

dsc_0827

Les moai, abandonnés dans divers états de finition
Les moai, abandonnés dans divers états de finition

dsc_0844

En musique : Big bisous, poum poum, big bisous, poum poum...
En musique : Big bisous, poum poum, big bisous, poum poum...
Petit jeu pour amuser tes amis : la partie émergée de ce moai fait au moins deux fois la taille de Vincent. Quelle est donc sa taille totale ?
Petit jeu pour amuser tes amis : la partie émergée de ce moai fait au moins deux fois la taille de Vincent. Quelle est donc sa taille totale ?

dsc_0875

On a tellement aimé le site qu’on y est retourné plusieurs fois, pour l’admirer à toutes les heures de la journée. Il faut dire que, une fois n’est pas coutume, nous avions le temps devant nous. Une semaine à l’île de Pâques, ça permet de prendre le rythme du Pacifique : on est cool, pas besoin de se presser pour les visites. On a toujours le temps pour aller faire un petit tour à Anakena… Bref on se prépare aussi doucement mais sûrement pour la Polynésie française 😀

dsc_1293

Bon pour conclure, vous vous en doutez, on n’a pas pu résister à un petit shava shava devant les moai. Notez qu’on a spécialement retravaillé la choré et qu’on a extrait un nouveau passage pour cette fois 😀

PS : Et comme à chaque fois qu’on en a l’occasion, mise à jour des pages bière et le tour du monde pour les nuls (avec les données Chili et île de Pâques). Avec en plus la synthèse de tous nos trajets en Amérique du Sud sur une seule page.