Les règles du Master Panache

On a quelque fois mentionné dans nos articles un jeu de dés que nous ont appris Marie et Matthias lors de notre première rencontre au Pérou. Ce jeu de dés, on n’a cessé depuis lors d’en répandre les règles tout autour de nous, auprès des voyageurs de toutes nationalités qu’on rencontrait, tels des témoins de Jehovah apportant la bonne parole aux masses avec assiduité. Et pour continuer l’œuvre de façon toujours plus efficace, voici aujourd’hui expliquées pour vous les règles du fabuleux Master Panache !

Ce jeu a tout pour plaire : il ne nécessite que quelques dés, un bout de papier et un crayon, les règles en sont super simples (même si elles semblent longues), on peut y jouer avec autant d’amis que l’on veut et surtout il permet de se fâcher très fort avec eux, en permettant des coups bas, des attaques injustes et des retournements de situation. En plus, il ne faut pas le dire, mais on peut très facilement le transformer en jeu à picoler… Bref tout ce qu’on aime !

 

  1. Le Master Panache se joue avec 5 dés.

  2. On peut y jouer de 2 à 999 joueurs (au delà, ça commence à devenir un peu le bordel).

  3. Chaque joueur commence avec 35 points. Quand un joueur arrive à 0 (ou moins) il est éliminé. Le dernier joueur en course est le vainqueur et est autorisé à se gausser grassement de ses adversaires.

  4. Les dés ont la valeur suivante : un 6 donne +1 point, un 5 vaut 0, un 4 vaut -1, un 3 vaut -2, un 2 vaut -3 et un 1 vaut -4 points.

  5. Chaque joueur joue à son tour en lançant les 5 dés. De ces 5 dés lancés, il devra toujours en garder au moins un, qu’il met de côté. Mais si le résultat lui convient, il peut garder deux dés, ou plus encore. Il relance ensuite les dés qu’il n’a pas mis de côté. De ce deuxième lancer, il devra garder au moins un dé, et relancer les restants. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il décide de s’arrêter de lui-même ou bien qu’il n’ait plus le choix (en effet, à raison d’un dé gardé au minimum par lancer, il ne pourra jeter les dés que 5 fois au maximum, logique !).

  6. On fait ensuite le total des 5 dés suivant la règle n°4 pour déterminer la suite des actions. Le tour d’un joueur peut donc se finir avec un total variant entre +5 et -20.

 

Exemple : Roger lance ses 5 dés. Il obtient 6, 5, 5, 3 et 1. Si on additionnait les dés dès maintenant, Roger n’aurait que 1+0+0-2-4 = -5 points, ce qui, nous allons le voir, n’est pas terrible du tout. Roger décide donc de garder son 6 et de relancer les 4 dés restants. Notons qu’il aurait pu garder ses deux 5 en plus mais décidément, Roger est joueur et estime qu’il a de bonnes chances de faire des 6 par la suite. Il a d’ailleurs bien raison car son deuxième lancer lui donne 6, 6, 5 et 2. Si on additionne avec le 6 gardé du premier lancer, cela fait un total de 1+1+1+0-3 = 0 ce qui n’est pas mal du tout. Roger décide de garder les deux nouveaux 6 et le 5, pour ne relancer que le 2 qui fait tâche. Mais patatras, voilà qu’il sort un 1 ! Et plus moyen de relancer cette fois : il doit conserver au moins un dé par lancer. Le décompte final est donc de 1+1+1+0-4 = -1, c’est vraiment ballot !

Et maintenant que se passe-t-il dans les trois cas suivant ?

  • Si le total final des dés est négatif, le joueur perd le nombre de points correspondant (1 point en moins dans l’exemple précédent). Le joueur passe les dés à son voisin.

  • Si le total des points est strictement positif, il y a deux cas de figure :

    • Soit c’est le premier tour de jeu et alors le joueur additionne le total à son nombre de points initial (si vous avez bien compris le principe, vous verrez qu’il peut arriver au tour 2 avec un maximum de 40 points, et beaucoup de chance). Ceci fait, il passe les dés à son voisin.

    • Soit on est à n’importe quel autre tour que le premier et dans ce cas là, il peut (mais n’est jamais obligé) lancer une attaque sur un des joueurs, n’importe lequel. S’il décide de ne pas attaquer, il passe simplement les dés à son voisin et son total de points reste inchangé. Mais il se fera copieusement conspuer par ses adversaires pour sa lâcheté. S’il décide de lancer une attaque, les choses deviennent plus amusantes.

Mettons que Gérard ait fait un total de +2 à son lancer. Il décide lâchement d’attaquer Cunégonde qui ne demandait rien à personne. Comme il a fait +2, on dit qu’il « attaque aux 2 » (et s’il avait fait +3, il aurait « attaqué aux 3 », etc…). Il reprend donc ses 5 dés et les relance une nouvelle fois. Comme il attaque « aux 2 », il doit faire au moins un 2. Si c’est le cas, il relance tous les dés qui ne sont pas des 2 et espère faire au moins un nouveau 2 (sinon l’attaque prend fin, et on passe directement à l’addition, voir juste un peu plus bas). Et ainsi de suite tant qu’il fait au moins un 2 par lancer. Au final, il peut donc terminer son attaque avec un maximum de cinq 2. Et Cunégonde perdra autant de points que 2 x nombre de dés avec un 2 dessus. Cette formule est évidemment à transformer suivant l’importance de l’attaque : une « attaque aux 5 » fera perdre 5 x nb de dés à 5, à l’adversaire (soit 25 points au max, et ça fait bien mal).

Mais supposons que Gérard n’ait pas fait un seul 2 au premier lancer de son attaque. Dans ce cas là, Cunégonde peut arborer un sourire narquois et contre-attaquer ! C’est à elle de lancer les dés et d’espérer un 2, pouvant ainsi faire perdre des points à son propre agresseur ! Il faut noter que personne n’est jamais obligé de contre-attaquer. Dans ce cas là, les totaux de points ne varient pas et le jeu reprend son cours normal.

Et si Cunégonde ne fait pas de 2 à son tour ? Et bien la main revient à Gérard qui peut (mais n’est toujours pas obligé) contre-contre-attaquer ! Et ainsi de suite. Le record actuel étant de 4 aller-retours (vivent les probas !)…

  • Si le total des points est égal à zéro, alors le joueur peut tenter (s’il l’ose) un Master Panache ! Pourquoi ce nom ? Parce qu’il en faut du panache pour tenter cette idiotie probabiliste !

On choisit d’attaquer un joueur pour un certain montant de points, totalement libre. Si le Master Panache est réussi, le joueur ciblé perdra ce montant de points, sinon celui qui a lancé l’attaque perdra la moitié du montant annoncé. On peut donc tuer son adversaire en un coup avec un MP ! Pour des raisons pratiques évidentes, on n’annonce que des Master Panache portant sur des nombres pairs, pour éviter tout problème de compte lors de la division par deux.

Et quelle est la condition pour réussir son Master Panache ? C’est très simple : il faut reprendre les 5 dés et jouer comme si on reprenait son tour de jeu normal, en gardant au moins un dé à chaque lancer. Sauf que cette fois le but est de refaire un total de 0.

Exemple : Hildeberte a fini son tour avec les dés suivants : 6, 6, 5, 4 et 4 soit 1+1+0-1-1 = 0. Elle décide de lancer un Master Panache de 12 points sur Lothaire qui mâchait trop fort ses chips à ce moment-là. Elle reprend donc les 5 dés en main et obtient 6, 5, 4, 3 et 1 (soit un total de -6). Elle garde le 6 et relance les 4 dés restants, etc… Elle finit avec 6, 6, 6, 5 et un dé à relancer. Pour réussir son MP, elle doit absolument donc faire un 2 pour avoir un total de 0. Le suspense est à son comble, le dé roule et.. elle fait un nouveau 6. Beau lancer de dé mais inutile en la circonstance ! Elle perd donc 12 / 2 = 6 points et passe les dés au joueur suivant pendant que Lothaire respire mieux (et reprend des chips).

A noter : on ne peut pas faire de Master Panache au premier tour. Si on fait un total de zéro, eh bien, on reste à 35 points et on passe les dés au suivant. De plus, on ne peut annoncer un Master Panache d’un niveau plus élevé que le maximum que l’on pourrait soi-même perdre en cas d’échec. Childéric ne peut pas en effet annoncer un Master Panache de 20 points sur Gertrude alors qu’il ne lui en reste que 3 ! Le mieux qu’il puisse faire c’est un MP à 6.

 

Voilà, vous en savez désormais autant que nous. On aimerait bien que certains essayent ce petit jeu, autour d’une choppine ou d’un café et nous le racontent après. Entre deux parties de Wanted le lundi midi par exemple 😀

 

Pour finir, on ne résiste pas au plaisir de vous narrer une petite anecdote liée au Master Panache, anecdote totalement véridique qui défie les lois de la probabilité. Au milieu de l’Altiplano bolivien, à côté de la Laguna Colorada, nous faisions une partie à 6, avec deux autres couples : deux français, Sophie et Maxime, et deux canadiens, Hayley et James. Après quelques tours, tout le monde traîne autour de 22 à 24 points, seul James est à 13. James, loué soit son nom, prend les dés et annonce qu’il va désormais faire 5 Master Panache d’affilée pour tous nous éliminer. Grosse rigolade dans l’assemblée. Il prend les dés, les jette, fait 0 et envoie un MP de 24 points sur Sophie sa voisine. Il relance les dés et fait 0 du premier coup, au revoir Sophie ! Tout le monde croit au coup de pot et le jeu reprend jusqu’à revenir à celui qui allait devenir « le sniper ». Nouveau lancer, nouveau total de 0, nouveau MP sur son voisin direct qu’il élimine sans coup férir. Et ceci 5 fois d’affilée sans même avoir besoin de relancer tous ses dés à chaque fois. Une chance absolument incroyable qui lui a permis de bien se payer nos têtes !

Tout au fond du canyon de Colca
Tout au fond du canyon de Colca
Avec Céline et Niels à Christchurch
Avec Céline et Niels à Christchurch
Avec les MP originaux !
Avec les MP originaux !
Publicités

2 réflexions sur “Les règles du Master Panache

  1. L'Ami Viêtnamien dit :

    Je pense avoir tout compris, et j’ai vraiment hâte de jouer à ça du côté de chez vous… (enfin chez Greg, quoi!) Ca nous fera une corde de plus à notre arc lors de soirées jeux endiablée!!

    Et James, t’es le meilleur!! Live Canada!! Bien joué d’avoir botté les fesses de Doudou!!

    L’Ami Vietnamien alias Master of Panaché (force 4)

    PS: au début de l’article, je me suis cru plongé dans Kaamelot avec Perceval m’expliquant la « grelotine » ou encore le « sloubi ». Mais bon, ce n’est pas aussi compliqué finalement, le MP

  2. camille dit :

    Ce jeu a révolutionné mes soirées depuis quelques mois et tel votre apôtre je diffuse la bonne parole MP. Tous ceux à qui j’ai expliqué les règles ont adoré et y joueront par la suite je pense. Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s